Rouler avec un scooter non assuré : quels sont les risques ?

Avoir un scooter permet en principe de vous déplacer plus rapidement même dans les bouchons. Il faut par contre bien assurer le véhicule avant de prendre la route. En effet, la conduite d’un scooter non assuré peut entraîner certains risques. Il faut dans ce cas contacter votre compagnie d’assurance après avoir fait l’acquisition du véhicule.

De nombreuses sanctions sont à prévoir avec un scooter non assuré

Tout comme une moto, il est primordial de souscrire à une assurance si vous achetez un scooter. Cela est valable, peu importe sa puissance vu qu’il est considéré comme étant un véhicule terrestre motorisé. Vous devrez au minimum avoir une assurance scooter au tiers. Cette garantie permet de couvrir votre responsabilité quand vous conduisez le véhicule.

Autrement dit, les dommages que vous causerez auprès d’un tiers seront directement couverts par votre compagnie d’assurance. Conduire un scooter non assuré vous exposera en tout cas à diverses sanctions. Il y a en premier lieu l’amende pouvant atteindre jusqu’à 3 750 €.

Le verbalisateur peut aussi retirer votre permis de conduire pendant 3 ans ou l’annuler. Votre scooter peut être confisqué dans certains cas sans oublier le passage d’un stage de sensibilisation. Il ne faut pas non plus négliger les travaux d’intérêt général.

Aucune excuse ne vous sera tolérée

Il se peut que la non-souscription à une assurance pour votre scooter ne soit pas volontaire. Vous pourrez aussi l’oublier à un certain moment. Votre assureur peut par exemple résilier votre contrat si vous ne payez pas vos cotisations. L’établissement doit en outre vous informer sur votre situation avant de prendre une telle décision. Vous ne serez pas tenu coupable aux yeux de la Loi si votre compagnie d’assurance ne vous informe pas.

N’oubliez pas que le contrat peut devenir invalide si vous décidez de débrider le véhicule à l’avenir. Certes, cela permet de gagner plus de puissance motrice. Sachez en outre que cette initiative n’est pas prévue dans votre contrat d’assurance. Notez que la non-souscription à une assurance ne sera pas tolérée dans toutes ces situations. L’assurance scooter est indiscutable même si vous prêtez le véhicule à un ami ou à un proche.

Quelles conséquences en cas d’accident ?

Les conséquences d’un défaut d’assurance seront plus graves si votre scooter est impliqué dans un accident de circulation. Le FGAO (Fonds de garantie des assurances obligatoires) peut parfaitement indemniser vos victimes si vous roulez avec un véhicule non assuré. Il faudra en outre vous préparer à rembourser le montant versé jusqu’au dernier centime.

Vous risquez de vous retrouver avec de gros soucis financiers si la victime ne peut plus reprendre son activité professionnelle. En plus des autres sanctions, vous devrez aussi assurer les points suivants dans ce genre de situation :

  • Payer les frais médicaux de la victime
  • Compenser intégralement sa perte de revenus

La loi prévoit toujours les sanctions suivantes même si vous n’êtes pas reconnu responsable de l’accident :

  • Le versement d’une amende
  • La suspension ou le retrait de votre permis de conduire

Informez-vous sur les types d’assurance pour scooter

Différentes options peuvent être proposées pour assurer votre scooter. Vous pouvez en premier lieu choisir une assurance de base avec la responsabilité civile. Cette option peut suffire pour circuler librement avec le véhicule.

Vous pourrez aller plus loin avec une assurance intermédiaire. Cette option permet d’ajouter des garanties en plus. Cela concerne par exemple le vol ou l’incendie de votre scooter. Vous aurez ainsi de bonnes couvertures spécifiques en faisant un tel choix.

Il y a en dernier lieu l’assurance tout risque. Celle-ci permet généralement de couvrir tous les préjudices. Cela concerne même vos équipements comme le casque et les gants. Il vous est alors conseillé de bien déterminer ce dont vous avez besoin.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*